Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 15:47

book_cover_fievre_mutante_174040_250_400.jpg

 

 

Eeeenfin, Pendergast est de retour ! Je remercie d’ailleurs très vivement les éditions de l’Archipel de m’avoir proposé de m’envoyer le dernier volume de ses aventures, sorti début mai ! Ce dernier opus, Fièvre mutante, nous permet en outre d’aborder l’inspecteur génial sous un angle plus personnel, ce que ses groupies ne manqueront pas d’apprécier…


Les fans du brillant et excentrique agent du FBI Aloysius Pendergast l'ignoraient : il avait été marié avant de perdre sa femme lors d'un safari, en Afrique - sous les crocs d'un lion. Douze ans après le drame, Pendergast découvre qu'il ne s'agissait pas d'un accident, comme il le pensait jusque-là, mais d'un meurtre...

Qui pouvait en vouloir à Hélène ? Pourquoi a-t-elle été tuée ? Épaulé par son fidèle Vincent D'Agosta, de la police de New York, Pendergast n'aura de cesse de résoudre l'énigme.
Mais connaissait-il si bien Hélène ? Il l'avait rencontrée lors d'une exposition consacrée au peintre naturaliste Audubon. Elle semblait s'intéresser à un dessin quasi inconnu du maître. Hélas pour Pendergast, d'autres personnes sont à la recherche de ce même dessin. Une chasse au trésor et une course-poursuite commencent alors, dans une histoire où le chasseur pourrait bien être en même temps le gibier.

Après avoir affronté son propre frère, Diogène, Pendergast va se retrouver face à un ennemi machiavélique.

 

Après Valse macabre, que j’avais trouvé en demi-teinte, Preston et Child nous reviennent en très grande forme ! Je crois avoir dévoré Fièvre mutante en moins de vingt-quatre heures, avec une tension qui va crescendo et se complique délicieusement…


On avait déjà entendu parler, dans les tomes précédents, d’Hélène, la femme que Pendergast avait perdue lors d’un tragique accident de chasse. Là, le lecteur est ravi d’en connaître plus sur elle – l’épouse de Pendergast est forcément un personnage hors du commun. L’intrigue est lancée lorsque Pendergast comprend, grâce à une de ces fines déductions dont il partage le secret avec Sherlock Holmes, que sa mort n’a pas été accidentelle. Pendergast invite donc son ami d’Agosta, policier de son état et personnage de plus en plus subtil et attachant au fil des volumes, à l’accompagner dans son enquête sur le meurtre de sa femme.


Comme toujours alors, les auteurs savent se montrer généreux : on voyage beaucoup dans ce livre, de l’Afrique à la Louisiane, et les éléments de l’intrigue oscillent toujours entre le scientifique et le spectaculaire : j’ai trouvé particulièrement passionnante l’intrigue autour des œuvres du peintre animalier Audubon et d’un étrange tableau qu’il aurait peint…

Pendergast continue à épater, avec son intelligence, son élégance, son érudition et, ici, son sens diabolique de la manipulation – une certaine scène à la fin du livre m’a carrément fait penser au Silence des Agneaux, Pendergast devenant une sorte de Hannibal Lecter, en plus positif disons…


Bref, encore une fois avec Preston et Child, j’ai l’impression géniale d’être un enfant à qui l’on raconte une histoire palpitante, avec des personnages attachants, des idées scénaristiques bluffantes, des thèmes scientifiques passionnants. Si je devais résumer l’impression que me font ces deux auteurs en un mot, ce serait : générosité. Ce sont des auteurs qui se creusent la tête pour offrir un lecteur un immense plaisir de lecture.


Un seul bémol peut-être au sujet de la traduction du titre : Fièvre mutante, ça fait vraiment série B et ce n’est peut-être pas engageant pour ceux qui n’ont pas encore rencontré Pendergast. Mais c’est vraiment mineur par rapport aux heures de lecture délicieuses que vous promet ce livre !

 

Je me suis d'ailleurs mise à relire la "trilogie Diogène", ensemble de trois volumes des aventures de Pendergast que je n'ai pas encore chroniqués sur mon blog...cela ne saurait tarder ! Et j'en profite pour mettre à jour la liste de mes articles consacrés à ce cher Aloysius, que vous trouverez à la fin de cet article : Clic ! 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sloopy 13/05/2011 18:07


je ne l'ai pas encore plus...le titre français me fait aussi penser à un film de série B. Dommage!


Carolune 13/05/2011 18:10



Vraiment ne t'arrête pas au titre ! En plus en anglais il est pas si neuneu que ça ("fever dream")



Présentation

  • : Carolune lit
  • Carolune lit
  • : Prof de français et fille de libraire, autant dire que je suis tombée dans la marmite des livres étant petite !
  • Contact

J'y suis !


Mon profil sur Babelio.com

logolivra.png

Rechercher

Archives