Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:25

     l-h-qui-revait.jpg

 

 

 

  Lorsque Livraddict a proposé un partenariat avec L’Autre Editions - et avant tout, merci beaucoup à eux ! - concernant L’Homme qui rêvait de John Marcus, et a assorti à sa proposition un avertissement sur le fait que ce livre n’était pas un roman mais un essai romancé et qu’il fallait donc s’attendre à une œuvre assez inhabituelle tant sur la forme que sur le fond, j’ai sauté sur l’occasion, étant un peu lassée ces temps-ci, dans mes lectures d’œuvres récentes, d’avoir l’impression de lire toujours le même auteur ou le même style, tant nombre de romans sont conçus comme des « produits » dont la moindre aspérité doit être gommée… Je n’ai donc pas hésité, d’autant que la quatrième de couverture avait de quoi allécher :

 

    « Une société meilleure est-elle possible ? Maintenant ? . » C’est en tout cas ce que pensait le sénateur Aristote avant d’être retrouvé sauvagement assassiné dans la célèbre villa Arabe, quelques jours à peine après l’annonce de la création du PIB, le nouveau Parti international du bien-être. Dans l’agitation qui suit la mort du vieux sénateur, candidat à l’élection présidentielle, la fine équipe du « 36, quai des Orfèvres », dirigée par le commissaire Delajoie, est aussitôt lancée sur la trace des meurtriers.

     Quelles relations pouvait bien entretenir le politicien avec un joueur invétéré de poker et un jeune trader londonien, eux aussi retrouvés à l’état de cadavres ? Quels puissants intérêts menaçait donc Aristote, celui que tous nommaient « L’utopiste du Luxembourg » ? Qui pouvait avoir peur des propositions originales énoncées dans son programme et des changements radicaux de société qu’elles auraient engendrés ?

    Traquant la main invisible du Marché, l’équipe du commissaire Delajoie entreprend alors un voyage insolite au coeur de l’économie politique. D’Adam à Lycurgue, de Sismondi à Gesell, d’Owen à Proudhon, de Veblen à Duboin, de Keynes à Sen, autant de témoins improbables qui aideront pourtant les policiers à comprendre le mobile des meurtres et à retrouver le ou les coupables.


      J’ai d’abord dû faire de gros efforts pour commencer le livre – j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois, mon premier réflexe ayant été à chaque fois de l’abandonner au bout d’une trentaine de pages. En effet, j’ai été gênée par le fait que, m’attendant à un livre peu commun, j’y trouve une forme peu originale : ainsi, comme les trois-quarts des thrillers contemporains - du moins j’en ai l’impression - , on a d’abord un prologue, qui propose ici une évocation cauchemardesque, en point de vue interne, du 36 quai des Orfèvres, et donne l’occasion d’une première rencontre avec le commissaire Delajoie. Ensuite, « comme d’habitude », le prologue est suivi de premiers chapitres proposant des focus sur des personnages différents, tous en action (combat de boxe et partie de poker qui se finissent mal – par deux meurtres ! -, approche furtive d’une villa de bord de mer et assassinat implicite…) dont on ne dit rien de plus pour créer une attente. Bref, l’impression d’une forme et d’un style déjà lus, exploitant les ficelles d’écriture de la plupart des thrillers, et cela m’a agacée – sans parler de phrases presque ridicules, du genre « L’amertume venait de plonger Ricky dans un sac de sel ».


      Inutile de préciser qu’après avoir passé cela j’étais, disons, dans une disposition moyenne à l’égard du livre…mais enfin l’enquête s’enclenche : il s’agit de comprendre les raisons de la mort d’un sénateur, Aristote, celui qu’on a assassiné implicitement au troisième chapitre – on établit d’ailleurs rapidement des liens entre les deux autres meurtres que concernaient les premier et deuxième chapitre, comme on pouvait s’y attendre. Très vite l’intrigue devient politique ; Aristote était en effet à la tête d’un « Parti international du bien-être », dont les principes menaçaient le fonctionnement de la société : c’est la raison de son assassinat, et c’est aussi le prétexte que prend John Marcus pour disséquer les rouages économiques de notre monde.

 

      C’est là que le livre devient intéressant, d’abord par la manière dont la fiction prend en charge la réflexion – John Marcus imagine ainsi certaines instances comme le « Théâtre de l’Opinion », qui ont un petit parfum de science-fiction à la Orwell que j’ai apprécié – mais aussi par la clarté et le naturel des explications économiques et politiques. Cela est rendu d’autant plus efficace (mais peut-être d’autant moins éternel ?) par des allusions à des éléments concrets de notre monde et de notre époque : adresses, institutions, émissions de télévision…

 

        Finalement c’est donc un livre plutôt séduisant et en tout cas honnête, mais je regrette infiniment son aspect « thriller » qui affaiblit l’ensemble à mon goût par son manque d’originalité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Marc Bastardy 20/05/2011 13:48


Merci pour vos impressions de lecture, Carolune.


Irrégulière 20/05/2011 10:26


Mouais... la dissection des rouages économiques de notre société, je pense que ça m'ennuierait profondément, même sous forme romancée...


Présentation

  • : Carolune lit
  • Carolune lit
  • : Prof de français et fille de libraire, autant dire que je suis tombée dans la marmite des livres étant petite !
  • Contact

J'y suis !


Mon profil sur Babelio.com

logolivra.png

Rechercher

Archives